À propos de nous
> Raison d'être du CRHSC

La culture est sans doute l'un des secteurs où la principale ressource réside dans les individus eux-mêmes. La vitalité du secteur repose principalement sur la créativité et la débrouillardise des personnes qui le composent, plutôt que sur des ressources naturelles, du capital ou des produits manufacturés. La « matière première » y est extrêmement renouvelable et le potentiel à peu près sans limite. Par contre, on y trouve une main-d'ouvre qui a des habitudes de travail et des besoins de formation qui n'ont rien à voir avec les moyens traditionnels de se préparer à des emplois viables et de longue durée et d'acquérir de nouvelles compétences et habiletés ainsi que de la mobilité.

Les travailleuses et les travailleurs autonomes représentent 15 p. 100 de l'ensemble de la population active canadienne; dans le secteur culturel, le pourcentage est de 39 p. 100. Il s'agit de créateurs et créatrices, d'artistes, d'acteurs et actrices, d'écrivains et écrivaines, de musiciens et musiciennes, de membres d'équipes de cinéma, d'éditeurs et éditrices de petites revues, de réalisateurs et réalisatrices, de rédacteurs et rédactrices, de conservateurs et conservatrices et de personnes travaillant dans des musées. Ils gèrent de petites entreprises où souvent, ils jouent tous les rôles - non seulement l'acquisition de compétences culturelles, mais aussi la planification, la création, la production, la commercialisation, la comptabilité et toutes les questions de taxes, de droit, de santé et de sécurité ainsi que leurs propres avantages sociaux et formation. En bout de ligne, ils ont besoin de plus de compétences que la grande majorité des autres travailleuses et travailleurs.

Le CRHSC répond à tous ces besoins, en fournissant de l'orientation, des conseils et de nouvelles possibilités à plusieurs niveaux différents.