Annonces

> 2018

Le 19 avril 2018


Une étude montre que les niveaux de rémunération des postes de gestion
et d’administration du milieu artistique ont diminué depuis 2008

Le Conseil des arts du Canada et le ministère du Patrimoine canadien dévoilent aujourd’hui L’étude nationale sur la rémunération 2017 – Gestion et administration des organismes artistiques sans but lucratif, une mise à jour d’études similaires réalisées en 2008 et en 2003. Vous trouverez le document complet de l’étude sur le site Web du Conseil des arts du Canada ainsi que sur le site Web du CRHSC www.crhsculturel.ca/recherche.

Les conclusions de l’étude montrent qu’il n’y a eu que de très faibles améliorations dans la rémunération, particulièrement dans les petits et moyens organismes qui constituent la majorité des organismes du secteur culturel – en fait, au cours des neuf ans qui se sont écoulés depuis 2008, les salaires réels ont diminué.

Tendances révélées par l’étude :

  • Salaires – À l’exception des organismes dont les budgets de fonctionnement sont de 100 000 $ à 250 000 $ et de 1 000 000 $ à 5 000 000 $, il n’y a pas eu d’augmentation réelle des salaires entre 2008 et 2017 – et si l’on tient compte de l’Inflation, on constate plutôt une diminution des salaires de 0,1 %.

  • Avantages sociaux – Si l’on compare à 2008, la fréquence des avantages sociaux offerts par les organismes culturels a augmenté dans certains cas comme l’assurance invalidité à long terme et l’assurance vie. Mais la prévalence des avantages comme les soins dentaires et les soins de la vue a chuté considérablement. Bien que ces constatations soient similaires à celles de 2003 et de 2008, la portée et la fréquence des avantages offerts dans l’ensemble du secteur culturel sont considérablement plus faibles par rapport à ce que l’on retrouve dans les autres secteurs.

  • Retraite – Les régimes d’épargne retraite sont maintenant plus courants dans les petits organismes, mais dans l’ensemble du secteur culturel, leur prévalence demeure assez basse par rapport aux autres secteurs. Les régimes d’épargne retraite représentent clairement une stratégie cruciale pour le maintien de l’effectif chez les gestionnaires.

  • Horaires flexibles – Il y a eu une augmentation dans l’offre d’avantages qui ne sont pas liés à la santé comme les horaires flexibles que l’on voit maintenant plus couramment dans les petits et les grands organismes.

L’étude a également confirmé que les organismes culturels continuent de tirer de l’arrière par rapport à l’ensemble du secteur sans but lucratif et du secteur privé dans plusieurs domaines de la rémunération et des avantages sociaux.

Richard Hornsby, le président du CRHSC, faisait remarquer que : « Les organismes sans but lucratif du domaine des arts devront vraisemblablement continuer à se battre pour recruter des cadres supérieurs de talent en raison de leur capacité limitée d’offrir des salaires et des avantages concurrentiels. Cela met encore plus en évidence les défis constants que représentent le recrutement et le maintien de l’effectif.»

En novembre et décembre 2017, 436 organismes sans but lucratif du secteur culturel ont participé à cette étude approfondie de la rémunération. L’étude portait principalement sur la comparaison de 21 postes de gestion et d’administration et elle a permis de recueillir des données sur le salaire de base, les avantages sociaux ou autres avantages offerts aux employés ainsi que sur un certain nombre de tendances en matière de ressources humaines.

L’étude a été réalisée par le CRHSC et la firme Mercer (Canada) Limited grâce au soutien financier du Conseil des arts du Canada et de Patrimoine canadien.