Les métiers de la culture – Carrières en musique et en enregistrement sonore

> Donnez vie à votre passion

Entrez dans la parade... et en avant la musique!

La musique vous passionne? Formidable. Les jeunes, enthousiastes et innovateurs, ont toujours été le moteur de cette industrie. Vous voulez être chef d’orchestre, compositeur, musicien ou arrangeur? Fantastique. Vous ne jouez d’aucun instrument et vous chantez faux, mais la musique vous attire? Qu’à cela ne tienne. Il y a plus d’emplois en coulisse que sous les feux de la rampe. Vous pourriez aussi bien devenir agent publicitaire, agent artistique, administrateur d’activités artistiques ou imprésario.


Plusieurs cordes à votre arc

Ceux qui œuvrent dans le monde de la musique et de l’enregistrement sonore savent qu’ils doivent avoir plusieurs cordes à leur arc pour réussir. Par exemple, le propriétaire d’une maison de disques indépendante ne fait pas qu’engager de nouveaux artistes. Il devra aussi s’occuper de la publicité, de la promotion, de l’administration et de la mise en marché. Un ingénieur du son peut veiller à l’enregistrement d’un quatuor à corde en après-midi et se retrouver dans un bar, le même soir, à la console de son d’un spectacle de musique country. Les musiciens ont l’habitude d’accepter toutes sortes de contrats, peu importe le style de musique. À la longue, la polyvalence et la flexibilité s’avérera peut-être la clé de votre survie.

Deux pièges à éviter  

Plusieurs rêvent de gloire et de fortune et c’est ce qui les attire dans l’industrie de la musique. Pourtant, bien peu connaissent le succès « instantané ». Poursuivez vos études et allez chercher le plus de compétences possibles. Vous pourrez profiter des occasions qui se présenteront, même à l’extérieur de l’industrie, quand les temps seront durs. Ainsi, vous serez peut-être cet auteur-compositeur qui doit arrondir ses fins de mois en rédigeant des articles pour des revues. Ne laissez pas les deux pires pièges, la gloire et la fortune, vous empêcher d’acquérir la formation la plus vaste possible. Il se pourrait que deviez travailler très fort, toute votre vie, à la poursuite de votre rêve. 

Le juke-box planétaire

Saviez-vous que les prix Juno ont connu de modestes débuts en 1971? Commencée dans l’intimité, cette célébration du talent musical canadien est devenue un événement annuel éblouissant qui décerne des prix aux artistes et artisans de l’industrie dans 39 catégories. Au Québec, l’ADISQ (Association québécoise de l’industrie du disque) attribue 56 Félix dans autant de catégories lors de son gala annuel. Des événements musicaux régionaux comme le East Coast Music Awards ou le Gala MiMi au Québec permettent aux artistes de se faire connaître auprès du public, des représentants de l’industrie, des imprésarios étrangers, etc. Le village global rapetisse et la population du Canada se diversifie sur le plan ethnique. Pendant ce temps, les genres musicaux se multiplient, de la salsa au nouvel âge, en passant par le blues, le hip hop, le rap, la musique traditionnelle, la musique électro-acoustique et les musiques du monde, dont les auditoires s’élargissent. Cette variété illustre aussi le vieux dicton selon lequel il n’y a vraiment que deux genres de musique : la bonne... et la mauvaise! Vous pensez que vos intérêts musicaux et vos goûts ne sont pas à la mode? Ne vous découragez pas. Si vous aimez ce que vous faites et que vous êtes talentueux, votre auditoire finira bien par vous découvrir... Par contre, il se peut que vous deviez développer un style plus commercial pour mettre toutes les chances de votre côté.

Place au numérique

L’évolution de la technologie entraîne des changements constants dans l’industrie de l’enregistrement sonore. Les artistes et les maisons de disques disposent désormais d’une série de nouveaux outils technologiques, à un coût abordable, pour rejoindre le public à l’échelle mondiale. Bienvenue dans le monde de la baladodiffusion, des webémissions, du partage de fichiers et du téléchargement! L’Internet est un outil merveilleux. Mieux vous en comprendrez le potentiel, plus vos efforts de commercialisation seront récompensés. Le piratage de la musique préoccupe les artistes autant que les maisons de disques, grandes et petites. Cependant, certains musiciens encouragent le téléchargement, bien qu’ils reconnaissent que les ventes de disques en souffrent. Les sites payants de téléchargement de chansons ou d’albums à peu de frais ont favorisé la diffusion et la promotion de la musique tout en permettant aux artistes de récolter les bénéfices de leurs droits d’auteur. Ce type de promotion fait augmenter la fréquentation aux concerts. L’Internet accroît la popularité des artistes qui ont un contrat avec une maison de disques et s’avère un excellent moyen de diffuser la musique de ceux qui n’en ont pas encore.

Maître à bord

L’industrie de la musique évolue. Avec leur personnel réduit et leur approche sans prétention, certaines maisons de disques indépendantes connaissent une croissance régulière pendant que de grosses maisons périclitent. Par conséquent, elles réduisent leurs effectifs et embauchent plus d’employés contractuels, ce qui crée de nouveaux débouchés pour les travailleurs autonomes. Studios aménagés dans des sous-sols, petites maisons de disques, fabricants et firmes de promotion indépendantes surgissent partout au Canada. En qualité d’entrepreneur, vous aurez besoin de compétences en affaires. Vous devrez sortir de chez vous et établir un réseau de clients et de partenaires. Avez-vous le tour en communications? Êtes-vous un bon négociateur? Avez-vous la bosse de la commercialisation et de la promotion? Assurez-vous d’acquérir ces compétences et vous aurez tout ce qu’il faut pour bien mener votre barque dans le monde de la musique.