Annonces

> 2007

Bulletin CRHSC
 

Bulletin du CRHSC
Novembre 2007

 
Le programme de l'automne
 

Le Conseil a été très actif sur plusieurs fronts dans la mise en oeuvre de son programme d'automne - et cela en étroite collaboration et en partenariat avec le secteur culturel et d'autres intervenants du monde de l'éducation et du gouvernement.

 
Industrie de la musique
 

Compléter les chartes et les profils de compétences pour l'industrie de la musique

Tel que promis, en plus du travail déjà accompli dans la direction de maisons de disques, la gestion d'artistes et l'édition de la musique, nous travaillons à l'élaboration de chartes et de profils de compétences pour la production de musique en direct et la production de musique enregistrée. Pour la musique en direct, nous produisons deux chartes - une pour les diffuseurs (élaborée avec CAPACOA et RIDEAU et déjà en ligne) et une autre pour les programmeurs. Au Québec, il y aura une troisième charte pour les producteurs. Ces chartes et ces profils complèteront la série de chartes sur les compétences en affaires dans l'industrie de la musique. Les prochaines consultations sur la stratégie nationale de formation qui auront lieu à la fin de novembre et au début de décembre permettront de trouver des moyens de s'assurer que les personnes concernées seront formées dans ces domaines.

Actuellement, pour faire carrière dans l'industrie de la musique, il est essentiel de posséder des compétences en affaires ou de reconnaître qu'il faut embaucher des spécialistes qui les possèdent.

 
Industrie de l'édition de livres
 

Besoins de formation des éditrices et éditeurs de livres

Les éditrices et éditeurs du Canada se battent constamment contre la distribution numérique et les grandes maisons d'édition internationales qui dominent la scène littéraire dans les pays occidentaux. Pourtant, les maisons d'édition canadiennes, qu'elles soient petites ou moyennes, qui luttent pour leur survie ne nient absolument pas la richesse et l'ampleur de la littérature canadienne qui a acquis ses lettres de noblesse partout dans le monde.

Grâce à ses projets de formation, le CRHSC travaille avec l'industrie, les établissements d'enseignement et les décideurs pour soutenir les éditrices et éditeurs canadiens. Conseillé par les membres de son comité de direction sur l'édition, le Conseil a embauché Jennifer Murray et plusieurs spécialistes (Virginia Jones, Monique Trottier, Dan Aronchick, Diane Davy et Wayne MacPhail) pour élaborer le contenu d'un cours sur la commercialisation du livre dans un univers virtuel comprenant six modules : Planification stratégique, Connaissance du marché, Savoir-faire technique, Compréhension des réseaux sociaux, Gestion des droits, et Fidélisation du public. Les établissements d'enseignement et de formation pourront adapter cet outil à leur programme d'études ou offrir le cours de façon indépendante. Dans la foulée de ce projet, la table ronde sur les offres de formation pour les éditrices et éditeurs de livres qui aura lieu à la fin de mars 2008 permettra de déterminer où sont les lacunes et de recommander des moyens de les combler.

 
Industrie des nouveaux médias
 

Carte routière technologique pour la création de contenu dans les nouveaux médias

Le CRHSC se lance dans un beau projet avec Industrie Canada - la conception d'une carte routière technologique pour les créateurs de contenu des nouveaux médias. Industrie Canada a déjà complété plusieurs cartes routières technologiques dans diverses industries, mais c'est une première dans le secteur culturel et la première fois que la carte porte sur le contenu plutôt que sur la technologie. Bien que la technologie soit le support du contenu, c'est souvent le contenu qui détermine la technologie. La carte routière technologique portera sur la création de contenu dans les nouveaux médias, la composante qui se trouve au coeur même d'une industrie de plusieurs milliards de dollars. Elle étudiera également la façon dont le contenu modifiera la technologie au cours des prochains cinq ans et comment la technologie influencera à son tour le contenu.

La carte routière technologique découle d'un processus précis. Elle est conçue par un groupe de travail composé de spécialistes de l'industrie dirigé par une animatrice ou un animateur qualifié. Le processus débute par une première recherche qui donne le portrait actuel de l'industrie, vient ensuite une séance de visualisation avec les leaders de l'industrie qui imaginent où sera l'industrie dans cinq ans. Le groupe de travail établit ensuite ce que doit faire l'industrie pour concrétiser cette vision.

Le CRHSC a retenu les services d'un consultant, Steve Bocska, un spécialiste de l'industrie des nouveaux médias, pour effectuer la première recherche - le portrait actuel de la création de contenu dans les nouveaux médias au Canada - qui mettra l'accent sur les tendances du marché et des technologies, sur le défis et les possibilités tant sur le plan national qu'international, sur les activités et les capacités de recherche et de développement ainsi que sur les sources de financement public et privé.

Nous avons également demandé à la firme Centre de gestion publique Inc de diriger le processus de la carte routière en commençant par la séance de visualisation qui aura lieu au début de février 2008 avec les joueurs clés de l'industrie des nouveaux médias dans les domaines du divertissement numérique, du contenu mobile, du design interactif, de l'apprentissage électronique ainsi que du cinéma et de l'animation numérique. Puis, entre mars et septembre, le groupe de travail établira la carte routière technologique.

La carte routière technologique pour la création de contenu dans les nouveaux médias permettra de montrer aux intervenants de l'industrie des nouveaux médias (y compris les gouvernements et les établissements d'enseignement) quelle formation, quelle recherche, quelles politiques et quel financement devraient être mis en place pour maximiser l'énorme potentiel de la création de contenu dans les nouveaux médias canadiens.

 
L'industrie du cinéma et de la télévision
 

Création du comité consultatif national sur la formation

Cela prend du temps, mais peu à peu, le comité consultatif national sur la formation dans l'industrie du cinéma et de la télévision est en train de prendre forme. La première réunion aura lieu en janvier 2008. Le CRHSC a retenu les services de deux professionnelles de l'industrie, Liz Shorten et Sylvie Krasker, pour préparer cette première réunion - dresser la liste des participantes et participants, établir l'ordre du jour, préparer la documentation et trouver une conférencière ou un conférencier. Tous les systèmes ont été mis en place. Nous nous attendons à ce que les discussions soient fort stimulantes et qu'elles permettent de jeter des bases solides pour les prochaines étapes.

L'industrie du cinéma et de la télévision doit saisir cette occasion unique de façonner son propre programme de formation pour aujourd'hui et pour demain.

Base de données sur la formation dans l'industrie du cinéma et de la télévision

Rappel - Un outil de formation extraordinaire pour l'industrie canadienne du cinéma et de la télévision à consulter au www.formationcinetele.ca. Financé par Patrimoine canadien pour la première année, cette ressource vise à faire le lien entre les formateurs et tous ceux et celles qui recherchent de la formation dans tous les secteurs de l'industrie du cinéma et de la télévision.

Productrices et producteurs, réalisatrices et réalisateurs

Un groupe de productrices et de producteurs de films a rencontré le facilitateur Pierre Morin dans le but de créer une charte et un profil de compétences pour la profession. Comme le savent plusieurs personnes du secteur qui ont déjà participé à la création d'une charte et d'un profil de compétences, le processus est lent et très détaillé. Le CRHSC apprécie grandement que des spécialistes de l'industrie acceptent de consacrer autant de temps et d'énergie à cet important exercice. C'est l'ensemble de l'industrie qui en bénéficiera. Le processus permet de mieux comprendre les compétences que les professionnels du cinéma et de la télévision possèdent ou doivent acquérir et sur lesquelles les établissements d'enseignement, les bailleurs de fonds et les employeurs doivent travailler pour améliorer les compétences au sein de l'industrie.

Analyse des lacunes dans la formation pour les métiers techniques

La stratégie nationale de formation pour l'industrie du cinéma et de la télévision, 3, 2, 1... Action !, recommandait une analyse des lacunes dans la formation pour les métiers techniques dans l'industrie du cinéma et de la télévision. Définir les professions à inclure dans cette vaste catégorie n'a pas été chose facile. Le CRHSC a eu recours aux services de Geoff LeBoutillier et de Benoît Dubois, deux professionnels d'expérience, pour organiser le « portrait technique » de façon à ce qu'il soit possible de déterminer où sont les lacunes dans la formation. Ils y travaillent présentement et devraient livrer leur rapport lors de la table ronde sur le cinéma et la télévision qui se tiendra en mars 2008.

 
Comité aviseur : Provinces et territoires (CAPET)
 

Réunion de Winnipeg

En septembre, le CRHSC et les membres du CAPET étaient les invités d'ACI Manitoba lors de l'atelier sur les outils de ressources humaines, le premier d'une séries d'ateliers qu'offriront les organismes culturels du Manitoba au cours de la prochaine année. Le CRHSC a été enchanté de constater jusqu'à quel point les outils sont utiles aux gestionnaires de la culture et qu'ils sont utilisés dans l'ensemble du secteur comme nous l'ont indiqué les membres du CAPET.

Nous avons été très heureux de rencontrer nos collègues manitobains dans le décor enchanteur du Musée des enfants du Manitoba dans le quartier historique de Winnipeg, La Fourche.

Nous rappelons aux organismes culturels qu'ils peuvent obtenir gratuitement un exemplaire de notre Manuel sur les outils de gestion des ressources humaines en devenant membre du CRHSC.

 
Les études du Groupe Nordicité sur les grands et moyens employeurs des industries culturelles et sur l'industrie des journaux
 

En octobre, le Groupe Nordicité a remis au comité de direction du CRHSC l'ébauche de ses études sur les grands et moyens employeurs des industries culturelles et sur l'industrie canadienne des journaux. Voici quelques-unes des premières conclusions de l'étude sur les grands et moyens employeurs en matière de formation :

  • Chez les plus gros employeurs des industries culturelles, qu'ils doivent ou non faire face à la concurrence mondiale, la formation est très organisée et très structurée et il existe des politiques pour favoriser la formation et le rendement des employés est continuellement vérifié et mesuré.

  • Pour la plupart, les employeurs de taille moyenne qui ont une culture organisationnelle ont été assez lents à reconnaître les avantages d'une culture des ressources humaines et de la formation qu'elle suppose. Dans les industries culturelles où les plus gros employeurs sont relativement petits par rapport aux normes internationales, la formation se fait surtout en cours d'emploi. Il y a toutefois des exceptions et certaines entreprises prennent des mesures pour « professionnaliser » la formation et la fonction de ressources humaines dans son ensemble.

  • Les pigistes et les travailleuses et travailleurs autonomes jouent un rôle important dans plusieurs industries culturelles. Les grands et moyens employeurs des industries culturelles n'accordent toutefois que peu d'attention à leur formation. On s'attend à ce que les pigistes et les travailleuses et travailleurs autonomes soient très qualifiés et qu'ils aient acquis leurs compétences grâce à l'expérience de travail et à une formation antérieure dans des établissements d'enseignement ou de formation spécialisée.

  • Dans l'ensemble des industries culturelles, les grands et moyens employeurs croient que le mentorat est un outil important pour la formation, la transmission des connaissances et même pour les questions de démographie et de planification de la relève. Plusieurs employeurs n'ont toutefois recours qu'à un mentorat informel et n'ont pas de processus structuré lié à l'analyse du rendement et au cheminement de carrière. Bien que, dans certains secteurs, notamment dans la production cinématographique et télévisuelle et la radiotélévision, les associations professionnelles aient mis sur pied des programmes de mentorat, ces derniers servent surtout au cheminement de carrière et ne sont pas nécessairement des outils pour les entreprises.

Au cours des prochaine semaines, nous dévoilerons d'autres résultats des ces études importantes et nous vous tiendrons au courant.

Le CRHSC a publié une demande de propositions pour l'analyse de la structure de son conseil d'administration et de sa gouvernance. L'analyse a pour objectif « de recommander un modèle de gouvernance et une structure de conseil d'administration qui assureront une représentation adéquate de toutes les composantes du secteur culturel, y compris les grands et moyens employeurs ainsi que les associations d'employeurs et d'employés de tous les sous-secteurs économiques clés ».

L'analyse sera entreprise au début de décembre.

 
Changement de personnel
 

Un petit air de tristesse

Un mois d'octobre sous le signe de l'au revoir ! Manon Turcotte et Rosalie Thénor-Louis ont quitté le Conseil en octobre pour poursuivre leur carrière ailleurs.

Vous êtes nombreux à avoir connu Manon qui a travaillé dans tous les domaines du secteur culturel au cours des dix ans qu'elle a passé au Conseil en tant que coordonnatrice du programme Jeunes stagiaires puis, à titre de gestionnaire de projets. Avec Lucie D'Aoust, Manon faisait partie de la toute première équipe du Conseil. Nous avons tous pu apprécier sa conscience professionnelle, son souci du détail, son humour, son sens pratique et sa facilité de communiquer avec les gens - une grande force quand il s'agit de réunir des personnes fort différentes pour atteindre des objectifs communs. Elle travaillera désormais dans le domaine des politiques de santé publique, un secteur lié à ses études en anthropologie. Nous lui souhaitons la meilleure des chances. Elle nous manquera !

Kim Laroque reviendra au Conseil au début de 2008 et elle assumera les responsabilités de gestionnaire des projets que Manon avait entrepris.

Plusieurs d'entre vous avez aussi connu Rosalie qui a été coordonnatrice du programme Jeunes stagiaires au cours des deux dernières années. Rosalie prévoit consacrer plus de temps à sa passion pour le Hip Hop et à CultureShock. Ce fut un plaisir de travailler avec elle et nous lui souhaitons bonne chance. Nous sommes heureux de constater qu'elle reste dans le secteur culturel en tant qu'artiste.

Le Conseil est également heureux d'annoncer que Geneviève Chassé fait désormais partie du personnel et qu'elle remplace Rosalie. Geneviève vient de Montréal où elle a travaillé comme administratrice de la Fondation de danse Margie Gillis. Nous lui souhaitons la bienvenue au sein de notre équipe.

Liste du personnel :
Susan Annis, Directrice générale, sannis@crhsculturel.ca
Lucie D'Aoust, Gestionnaire principale de projet, ldaoust@crhsculturel.ca
Erma Barnett, Agente des finances, ebarnett@crhsculturel.ca
Megan Guy, Gestionnaire, Communications et Marketing, mguy@crhsculturel.ca
Michael Lechasseur, Coordonnateur du site web, mlechasseur@crhsculturel.ca
Geneviève Chassé, Administratrice du programme de stages, gchasse@crhsculturel.ca